Quatrième conférence du séminaire "Discours des corps" de l'axe THELEME
-A +A
20.03.2019

La binarité des sexes à l'épreuve des castrats: corps vils et/ou efféminés au siècle des Lumières.

L’histoire de la construction médicale du sexe s’est peu intéressée aux castrats, pourtant au cœur des débats philosophiques et scientifiques des Lumières européennes sur ce sujet. La biologisation de la masculinité, et dans celle-ci la place accordée aux testicules, fait d’eux des contre-modèles de virilité. Dans les représentations normatives, l’absence de testicules (ne permettant pas la « fabrique du mâle ») induit une rhétorique du manque qui fait basculer les chanteurs du côté du féminin. Les effets du manque sont décrits avec autant de curiosité que de mépris, et sous la plume des médecins se dessinent des corps impubères, efféminés, caractéristiques d’un « troisième sexe ». Aussi les castrats incarnent-ils, au cœur de la modernité, des corps « queer » par la fluidité et la singularité supposées de leur apparence physique et de leurs dispositions morales.

Cette quatrième conférence du séminaire commun "Discours des corps" de l'axe THELEME (CERILAC 4410) aura lieu le Mercredi 20 mars à 18h en salle 695C du bâtiment des Grands Moulins. Elle sera présentée par Nahema Hanafi (Université d'Angers)

Discours des corps de l’Antiquité aux Lumières est un projet de recherche à visée pluridisciplinaire et interdisciplinaire. Par discours des corps nous entendons à la fois discours qui émanent des corps et discours sur les corps : inscription du corps du locuteur dans l’énonciation, description des corps comme symptômes de phénomènes psychiques ou moraux, mais aussi politiques, articulation des expériences corporelles et de leurs représentations dans la littérature (y compris comparée), les sciences humaines, les arts. Le projet intègre l’apport des sciences humaines (philosophie, histoire, linguistique, psychanalyse, anthropologie, sociologie) et de certaines de leurs inflexions problématiques en termes de genre. Il est également sensible à la manière dont les représentations sont travaillées spécifiquement par l’identité générique des textes.

Mots clés >