Ecrire et penser avec l'histoire
-A +A

Ecrire et penser avec l'histoire

Co-responsables: Frédérique Berthet et Jacques-David Ebguy

L’axe Écrire et penser avec l’histoire structure l’ensemble des travaux du CÉRILAC portant sur l’écriture de l’histoire (générale ou spéciale, comme le sont les histoires de la littérature, du cinéma et des arts, ou des sciences – ou de l’histoire elle-même). 


La vocation interdisciplinaire de cet axe invite à concevoir cette écriture en un sens étendu :  représentation, mise en scène ou configuration (textuelle, iconique, filmique) de processus et de situations conçus comme historiques, l’écriture de l’histoire engage une pensée de l’historicité, délimite les contours du domaine historique, définit ses acteurs, ses « noms » (J. Rancière), ses modes de production de la différence des temps, ses rythmes, ses échelles, élabore ses méthodes, sa déontologie. Elle appelle l’analyse et la réflexion sur ses propres procédures d’accès au passé, sur sa corrélation au présent et à l’avenir, sur ce qu’elle conçoit comme sa vérité. 
Écrire et penser avec l’histoire, c’est aussi en recueillir les traces mnésiques, faire de l’œuvre sa mémoire,  ou son tombeau, c’est répondre à l’appel au témoignage, ou encore agencer dans l’espace du présent les restes du passé. C’est enfin Écrire et penser avec et dans l’histoire, décloisonner les œuvres pour entendre les dialogues qu’elles ont nouées avec leur temps, saisir la force de leur questionnement de leur présent, appréhender leurs certitudes et leurs inquiétudes, leur efficience et leur impuissance dans leur actualité, leur façon de s’inscrire dans l’histoire, de se poser face à leur passé et d’en user, à l’horizon de nos propres interrogations sur nos usages de l’histoire et de la mémoire.   

Séminaire ARCHI VIVES:

Conférence de Pierre-Olivier Toulza: Censurer le Musical Hollywoodien. 4 Avril de 17h30 à 20h à la Cinémathèque française, salle Lotte Eisner

 

Mots clés >