-A +A

Manoel de Oliveira. L'invention cinématographique à l'épreuve de la littérature.

D’une exceptionnelle longévité, la carrière de Manoel de Oliveira (né en 1908) s’est déployée dans une constante confrontation de son cinéma aux œuvres littéraires. Amour de perdition, Le Soulier de satin, La Divine comédie, Val Abraham, La Lettre et plus récemment Singularité d’une jeune fille blonde ou Le Vieux du Restelosont quelques exemples de ce dialogue du Maître portugais avec des écrivains aussi divers que Camilo Castelo Branco, Claudel, Dante et Dostoïevski, Agustina Bessa Luis, Madame de Lafayette, Eça de Queiros et Camões. Revendiquant pour son art un haut service de la parole littéraire, Oliveira n’en est pas moins le cinéaste d’une liberté absolue, créateur d’une œuvre qui n’a cessé de se réinventer dans son dialogue avec les grands textes. C’est à ce dialogue, qui est au cœur de l’une des grandes aventures artistiques de notre temps, que sont consacrées les études ici réunies.

Pour plus d'informations et pour consulter le sommaire de ce numéro: http://www.editions-hermann.fr/4696-manoel-de-oliveira.html

Mots clés >